Apprendre à nourrir ses loups

Connaissez-vous la légende des deux loups ? C’est une légende amérindienne qui utilise l’image de deux loups pour symboliser la bataille permanente entre deux émotions fondamentales: la peur, et toutes les émotions négatives qui l’accompagnent ; l’amour, toutes les émotions positives qui en résultent. Le vieux chef indien explique à son petit fils qu’en chacun de nous ces deux loups se battent. L’enfant demande lequel des deux va gagner, et le vieil homme lui répond: “celui que tu nourris”.  

Cette histoire, pleine de sagesse, me turlupinait quand même un peu. Faut-il donc affamer un de mes loups ? Dernièrement je suis tombée sur une autre histoire de loup: la légende du loup de Gubbio, associée à Saint François d’Assise. Cette légende du Moyen Age raconte qu’un loup terrorisait la ville de Gubbio au point que les gens n’osaient plus sortir de chez eux. Ils finirent par faire appel à Saint François qui avait déjà commencé à construire sa réputation d’homme de Dieu. François accepta de les aider. Il partit donc dans la forêt à la rencontre du loup. Quant il revint, sain et sauf, il dit aux habitants de la ville: “il faut nourrir votre loup”. Ce qu’ils firent. Et à partir de ce jour-là, ils purent recommencer à vivre en paix. On dit même que le loup se promenait librement dans les rues de la ville et mourut de vieillesse de nombreuses années plus tard.

Nous avons tous des loups en nous. Le loup est pour beaucoup l’animal caché, qui vit dans les bois aux alentours et qui peut attaquer à tout moment. Quand il surgit, il peut nous tétaniser ou nous faire fuir. Dans les périodes de changement ou de difficultés, on les sent proches, actifs, et on ne souhaite qu’une chose, qu’ils disparaissent. Mais n’est pas plutôt le moment d’aller à leur rencontre ? Nous ne sommes ni le loup blanc, ni le loup noir, mais ils font partis de nous. Alors si un de nos loups a faim, pourquoi ne pas aller lui donner ce dont il a besoin ? Si la peur nous tenaille, allons à sa rencontre lui demander de quoi il a peur et donnons lui ce qui pourrait le rassurer. Si c’est le doute qui est là, allons chercher sur nos étagères ce qui nourrit nos croyances. Si c’est une grande fatigue, rappelons-nous comment nous avons pu nous reposer ou nous ressourcer. Si c’est la solitude, faisons le pas pour oser contacter les autres. 

Aller dans les bois à la rencontre de nos loups quand ils ont faim, quand ils nous font peur, c’est oser écouter un besoin profond, enfoui parfois. C’est décider de ne pas les juger négativement mais de les accueillir. On a parfois besoin d’être aidé pour oser le faire. Mais comme les habitants de Gubbio en ouvrant la porte plutôt qu’en se barricadant, on peut faire de ce loup notre ami, et transformer une peur en une histoire digne de légende. 

 

Le coaching de vie est un accompagnement humaniste au changement, qui prend la personne dans sa globalité et l’aide à trouver les solutions qui lui sont propres. Je reçois sur Lyon et par Internet (Skype, Messenger, Facetime). Je coache en français ou en anglais. Pour plus d’infos, rendez-vous sur mon site https://taryss-coaching.fr/ ou prenez directement rendez-vous: https://taryss-coaching.fr/index.php/booking/ . Une séance d’information de 30 minutes vous est offertes

Comments

Leave a Comment

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>